Collection DELLY

LA COLLECTION DELLY |100 livres|

LITTÉRATURE SENTIMENTALE

Delly est le pseudonyme conjoint d’un frère et d’une sœur, Jeanne-Marie, née en Avignon le 13 septembre 1875, et Frédéric Petitjean de La Rosière, né à Vannes le 6 septembre 1876, auteurs de romans d’amour populaires.
Les romans de Delly, peu connus des lecteurs actuels, ont connu un vif succès dès les années 1950, et comptèrent parmi les plus grands succès de l’édition mondiale à cette époque. Ils ont été traduits en de nombreuses langues et vendus par dizaines de millions d’exemplaires.

LIRE DELLY, est-ce un délit ?

Il est un temps où Delly était (en fait, ils étaient deux je crois, un frère et une sœur) l’auteur le plus lu en France (même Simone de Beauvoir le lisait)…Aujourd’hui, les jeunes générations ignorent jusqu’à ce nom. (Ce qui montre à quel point tout passe…les auteurs les plus célèbres d’aujourd’hui ne seront pas forcément ceux qui resteront à la postérité !) Pourquoi cet oubli ?
Beaucoup de gens ont caricaturé Delly, réduisant leurs livres à des « Harlequin », ou encore à de la mauvaise littérature « catho ». Je ne suis pas de cet avis. Il faudra bien qu’un jour tout le monde comprenne qu’on peut toujours caricaturer et mépriser n’importe quelle œuvre, y compris celle dont eux-mêmes raffolent par dessus tout. Le mépris, le rejet, sans avoir lu, n’est pas un signe d’honnêteté intellectuelle. Et si je n’ai pas la naïveté de croire que les jeunes peuvent aujourd’hui lire Delly sans préparation, je suis convaincu que c’est un auteur vraiment chrétien à lire, même si ses romans ressemblent un peu à ces fameux romans de chevalerie du Moyen-Age, où la naïveté mais aussi la foi règnent sans partage et sans équivoque.
Je pense que beaucoup de filles aujourd’hui lisent des livres glamour qui n’atteignent pas le talon (le talent!) de Delly. Delly n’est pas glamour. Bien sûr, c’est un peu toujours le même schéma, mais c’est un amour chrétien, pur, chevaleresque, qui y est décrit, même si bien souvent, je l’accorde, les personnages sont « tout blancs », ou « tout noirs », comme chez la Comtesse de Ségur, mais au moins, ils ne sont pas « tout gris » ! Et c’est peut-être mieux.
Parmi tous les livres de Delly, j’en ai gardé une vingtaine qui méritent vraiment d’être lus ; les autres ont moins de valeur. Le schéma est souvent le suivant: une jeune femme « sainte », après bien des épreuves et des difficultés, convertit un prince orgueilleux et élevé sans principe religieux…et souvent, ça finit par la conversion du prince, et un mariage…
Voici les romans qui m’ont le plus touché (en fait, je n’ai pas honte de dire que dans mon adolescence je les ai quasiment tous lus, même si d’après une mauvaise langue le couple Delly n’aurait jamais quitté Versailles), je vais vous les présenter brièvement. Il faut les prendre pour des contes de fée, des romans du Moyen Age, inspirés par le christianisme.
Les deux meilleurs sont Aëlys aux cheveux d’or, et sa suite L’Orgueil dompté. C’est l’histoire d’une jeune fille qui résiste à un prince despotique et cruel, qui est attiré par elle…va-t-elle parvenir à le changer ?
Puis arrivent : Hoëlle aux yeux pers et La Fée de Kermoal : c’est l’histoire d’un brigand qui après avoir fait échouer sur les récifs un navire, recueille une femme et un enfant mystérieux nommé Miguel. D’où vient ce dernier ? Est-ce un enfant qui a été élevé ? Le brigand les recueille à Ty an Heussa…la maison de l’épouvante ! Ce brigand, nommé Edern de Porspoët, a des ennemis : ses cousins, les Tréguidy, qui sont autant vertueux que lui et les siens sont ténébreux…Qui va l’emporter entre ces deux familles ? D’autant plus que Miguel, devenu le fils adoptif du brigand, tombe amoureux de sa « cousine », la douce Hoëlle de Tréguidy…Et soudain, pendant la Révolution, éclate la guerre de Vendée…
La Biche au bois est un Delly très romantique ; là encore, il s’agit d’un prince russe qui tombe amoureux d’une pauvre inconnue…mais attention, une femme jalouse va essayer de mettre fin à leur relation…
Les Deux crimes de Thècle raconte l’histoire de deux jeunes filles maltraitées, ruinées par leur belle-mère ; l’une d’elle va t’elle passer à l’acte, va-t-elle commettre un crime ?
Le Roi des Andes, c’est l’histoire d’une société secrète qui répare les injustices dans le monde en enlevant, tuant les coupables. Une jeune femme parviendra-t-elle à convaincre le mystérieux roi des Andes que le christianisme prône le pardon et condamne la vengeance et le meurtre ?
Les Deux Fraternités est un Delly à part ; ce roman dénonce chez certains personnages le communisme ; pleins de beaux idéaux d’égalité et de fraternité, un frère et une soeur, dès qu’ils héritent d’un parent jusque là inconnu, abandonnent tous leurs anciens amis, leur idéal de partage…et entament plus tard une carrière politique sous le signe de l’anticléricalisme auprès du peuple qu’ils ont trompé…
La Douloureuse Victoire est aussi un Delly à part ; ce roman raconte comment un noble jeune homme chrétien se laisse séduire par une belle athée intelligente et cultivée, qui va l’épouser et le faire peu à peu apostasier…
Comme vous voyez, ces romans n’auraient pas la côte aujourd’hui !
Dois-je l’avouer (je risque de perdre tout crédit) ? Mon rêve, ce serait de tourner un film à partir de ces deux romans qui ne font qu’une même histoire : Hoëlle aux yeux pers et La Fée de Kermoal, dans la Bretagne des Chouans.
Et pourquoi pas, Aëlys aux cheveux d’or et L’Orgueil dompté, en cas de succès ?
En conclusion ces livres s’adressent surtout à des jeunes « bon public », « ouverts », ou « cathos » (qui ont lu Trilby par exemple, étant plus jeunes)…et surtout aux filles (romantiques) !
En tout cas, c’est toujours mieux que les « Angélique », les « Harlequin », la presse « glamour ». Non, il y a de nobles sentiments, des combats spirituels, vraiment de belles choses à lire et à garder, à méditer.
C’était le temps où la culture chrétienne avait encore quelque influence sur notre société…
| Source La bibliothèque de l’ange gardien |

PLUS D’INFORMATION | LIRE LA SUITE

|Cliquez ICI|